Partir en volontariat long terme en Colombie : une expérience "exceptionnelle"

Envi.e de participer à un volontariat en Colombie ?

Solidarités Jeunesses travaille depuis plusieurs années avec l’association colombienne WeCollab afin d’envoyer des volontaires résidant.e.s France sur des projets dans différents lieux de Colombie. WeCollab est une association née en 2020, petite mais très active, qui met en place des projets collectifs et interculturels surtout en lien avec l’environnement et l’éducation. 

Quels sont les projets en Colombie en 2024 ?

Cette année, WeColalb met en place 13 chantiers internationaux et 8 projets moyen-long termes ils sont disponibles sur notre site, n’hésites pas à y jeter un œil !

Pour rappel :

  • Le chantier international, c’est-à-dire un volontariat d’une durée de 2 à 3 semaines avec une équipe de volontaires internationaux, pour réaliser une mission pensée pour et par la communauté locale. Les thématiques sont variées et les projets nombreux… mais pas de panique ! Sur le site de SJ, tu peux trier les projets selon le pays, la durée et/ou la thématique
  • Le volontariat moyen/long-terme, c’est-à-dire partir rejoindre un projet d’une de nos associations partenaires pour une immersion allant de 1 à 12 mois.
banner-img

C’est par exemple ce qu’a fait Elisa en partant 3 mois en fin 2023 sur un projet de préservation de l’environnement et de sensibilisation auprès d’un jeune public dans une réserve naturelle proche de Bogota.

Elle nous confie qu’un de ses meilleurs souvenirs c’était la « Fiesta de las velas: fête traditionnelle du 7 décembre pour annoncer les fêtes de fin d'années. Le but c'est d'allumer des bougies et d'y mettre des pensées positives ou pour les gens qu'on aime. Et de faire ça autour d'un repas partagé tous ensemble. Souvent les quartiers se rassemblent dans les rues et peignent sur le sol. C'est magnifique. Sinon, les longues soirées au parc entre volontaires et salariés, à chanter et à jouer de la musique, ça fait partie de mes meilleurs souvenirs. »

Elle nous a également partagé sa recommandation pour faire face au choc culturel une fois sur place : « le temps c'est la première chose qui aide, et en parler avec les personnes sur place qui peuvent expliquer leur culture, et avec les autres volontaires qui eux aussi vivent le choc. » Par exemple, « La maison est très petite pour le nombre de volontaires, et il y a beaucoup d'humidité. Pour moi c'était facile de m'adapter, mais je ne suis pas sûre que ça le soit pour tout le monde. »

Et sinon, quelles compétences peut-on espérer acquérir/travailler avec une telle expérience ?  Pour Elisa ce sont les suivantes : « adaptabilité (psychologique et physique), nouvelles techniques éducatives, autres manières de cuisiner, compétences physiques. »

En trois mots elle résume son volontariat comme une expérience « exceptionnelle, enrichissante, renouvellement » et le referait si c’était à refaire « parce qu’[elle] ne [s’est] jamais sentie aussi bien, parce qu’[elle a] participé à des tâches qui répondent à [ses] valeurs profondes, pour la découverte d'autres cultures, pour la découverte personnelle, pour la participation à améliorer le monde. »


Articles Liés

1 projet de volontariat long-terme en Espagne

 

Notre Partenaire catalan Associació Obretebre recherche un‧e volontaire pour rejoindre le Grup D’esplai Blanquerna dans le cadre de son projet “Integration for all”.
Voir plus

Derniers chantiers pris en charge

 

Derniers chantiers pris en charge
Voir plus