courrier 10 rue du 8 Mai 1945 - 75010 Paris - France téléphone 01.55.26.88.77
solidarites jeunesses - volontariat international
Solidarités Jeunesses
 

Volontaires en Europe !

Vos témoignages !

- Flora en chantier international en Croatie
- Sania et Emilie en chantier international en Allemagne
- Bertille en chantier international en République Tchèque
- Tiphaine en Service Civique en Islande
- Florian et Laura en SVE en Espagne

 

Chantier en Croatie, à Kuterevo

Chantier en Croatie, à Kuterevo
Après mon chantier au Maroc, je suis partie en Croatie.
Je compare brièvement les deux cultures en fin d’article.

Kuterevo, c’est un village perdu près de Otočac.

Il y a un mini zoo à ours qui attire quelques touristes. Il y a aussi quelques poules qui se promènent avec leurs petits. Ici, on accueille successivement plusieurs groupes de volontaires, des américains, des belges etc... et des groupes internationaux comme le notre.

Donc au beau milieu des maisons en bois, il y a un trou artificiel à ours, clos par un double grillage, où 2 oursons orphelins sont sociabilisés par un chien qui hurle. Ils ne seront jamais relâchés, puisqu’ils ont été élevés par des humains. Je ne connais pas exactement l’histoire, mais les gens d’ici ont sauvé leur vie (parce qu’ils ont été abandonnés par leur mère à cause d’un accident, un truc comme ça), donc les oursons peuvent vivre en sécurité et font la joie des petits enfants qui viennent les voir.

Réflexion sur les zoo : même s’ils vivent en sécurité, les animaux sont condamnés à mourir dans leur cage, alors ça me rend un peu triste. Quel est le prix de la liberté ?

Logement

Tout cela m’amène donc à décrire le décor et le cadre dans lequel nous vivions. Pour faire simple, tout est fait à la main ici, et à la mode écolo. Notre maison est toute en bois, et quand quelqu’un marche, ça fait tout trembler. Il fait froid la nuit (en tout cas pour moi).

Travail

JPEG - 61.7 ko
JPEG - 48.2 ko

On travaillait 7h par jour, et même le samedi. 9h-13h et 16h-19h. Par contre la deuxième semaine, on travaillait moins. Le premier jour, il pleuvait, et il fallait creuser un tunnel (pour faire passer des ours entre 2 parcs). On avait plein d’outils de bonne qualité mais c’était bien fatiguant... Sinon, on devait aussi creuser une succession de trous dans la terre afin de construire un double barrage.
Sinon on a eu des travaux variés, comme refaire un chemin dans la montagne en récoltant des cailloux, déplacer une sculpture, construire une clôture en planche de bois, faire du ciment etc...

Comparaison avec le Maroc

On sent tout de suite les différences. Comme on est en Europe, on pose beaucoup plus de règles, selon une idéologie de paix, de tolérance, d’échange culturel etc... La plupart des gens discutent de sujet d’intellos (politique, culture, langues, études etc...) et ils ont besoin de plus de moyens pour se marrer. Jouer aux cartes avec de l’alcool par exemple. Au Maroc, ils délirent et se marrent tout le temps pour un rien, adorent les photos (je l’interprète comme un sens plus important de la communauté comme en Corée), sont beaucoup plus spontanés dans leurs émotions.

Conclusion

Ça reste une expérience unique au final, comme ça, plusieurs groupes de volontaires peuvent vivre une courte période dans ce genre de conditions, d’idéologie... et donc d’y réfléchir.

Flora, 23 ans

Chantier en République Tchèque, à Prcice.

Chantier en République Tchèque, à Prcice.

J’ai participé à un chantier en République Tchèque avec des espagnols, des coréens, des tchèques, une russe, un canadien et une bulgare. Nous avons contribué à l’aménagement d’un lieu destiné à l’accueil du public puis à l’entretien de chemins touristiques pour la Commune. Ce que j’ai le plus apprécié, ce sont les échanges avec des jeunes de différentes nationalités, la vie collective, le fait de participer ensemble à un travail utile. L’ambiance sur le chantier était très bonne, conviviale et pleine d’humour. Les chantiers sont une façon originale d’aller à la rencontre des autres, de contribuer à un projet commun et de découvrir un Pays. C’est une expérience humaine très enrichissante.

Bertille Daniel, 34 ans

Galerie photo :

Sania - Chantier international en Allemagne avec les réfugiés

Découvrez le témoignage de Sania qui a participé à un chantier international en Allemagne, dans le cadre d’un projet avec des réfugiés puis au Weekend Retour d’Expériences organisé par SJ !

JPEG - 119.2 ko

Cliquez sur l’article :)

PDF - 1.3 Mo

Pourquoi as-tu pris la décision de faire du volontariat ? J’ai toujours eu la volonté d’aider les gens et surtout d’être utile. Le volontariat a permis de me mettre en action et de me sentir utile auprès des gens. Je ressentais également ce besoin d’être en contact avec des gens qui étaient ouverts et partageaient les mêmes valeurs fortes que je porte. Je pensais que le volontariat pourrait répondre à ces différents besoins.

Comment t’es tu sentie avant le départ ? J’étais excitée de cette nouvelle expérience à venir, et j’appréhendais aussi car cela représentait pour moi l’inconnu. Je n’appréhendais pas pour des choses particulières mais plus de manière générale, ne sachant pas ce qu’il allait advenir.

Quelles ont été tes premières impressions en arrivant ? Mes premières impressions ont été que le groupe était constitué de personnes extrêmement différentes mais partageant la même envie d’accomplir le travail à venir. Je me sentais à l’aise, voyant que les autres volontaires étaient ouverts. Toutefois je sentais qu’il me fallait un temps d’adaptation au lieu de vie et au groupe de manière générale.

JPEG - 197.1 ko

En quoi consistait le travail sur le chantier ? Le chantier consistait à construire des potagers dans un camps de réfugiés à Hambourg en Allemagne.

Peux-tu nous décrire ta journée type ? Nous commencions notre journée de travail vers 09h30, nous mangions à midi sur notre lieu de travail, et nous reprenons le travail jusqu’à env. 15h00. Ensuite nous rentrions à notre lieu de vie pour se reposer et nous avions du temps libre : Sortir au centre-ville, aller à un concert/ festival...

Si tu devais partager un moment fort en une anecdote ? En un mot ? Le premier jour où nous sommes arrivés au camp les enfants ont accouru vers nous pour nous enlacer sans savoir qui nous étions.

Comment s’est passée la vie quotidienne avec les autres volontaires ? Comment les tâches quotidiennes étaient organisées ? Nous nous partagions les tâches ménagères que nous faisions généralement par équipe de deux. Nous tournions les rôles : Faire à manger, nettoyer les locaux, faire la vaisselle etc...

JPEG - 240.7 ko

Quelles interactions as-tu eu avec les locaux ? Nous voyions tous les jours les réfugiés au camp, avec le temps de forts liens se sont installés et nous nous étions habitués les uns aux autres. Nous faisions même nos sorties de temps libre avec certains réfugiés et les considérions comme des amis. Les échanges ont été riches dans les deux sens.

Comment as-tu vécu le retour ? Le retour a été brutal et dur à vivre. J’étais physiquement partie mais mon esprit y était toujours. Les autres volontaires et les réfugiés me manquaient énormément, j’ai dû me réhabituer aux personnes avec qui je n’avais au final pas du tout les mêmes relations. J’ai mis du temps avant de reprendre ma routine de vie.

Quelles compétences ou savoir-être penses-tu avoir acquis ou développés ? Je penses avoir acquis beaucoup de compétences humaines, l’ouverture, le dialogue et la gestion de conflit. Ma confiance en moi a augmenté, ma perception du monde est plus positive et nuancée : Tout n’est pas noir ou blanc. Je me sens très capable de voyager seule.

Quelle est ta vision du monde aujourd’hui ? Ma vision du monde reste positive malgré toutes les horreurs qui peuvent s’y produire, j’ai vu par moi-même les yeux pétillants de réfugiés qui ont vécu la guerre. Je garde foi en l’humanité, en l’amour et l’espoir se trouve partout où il y a de la vie. Cette expérience m’a fait réalisé que nous sommes tous les mêmes à partir du moment où nous sommes humains, nous sommes frères et sœurs.

JPEG - 225.3 ko

L’Islande à travers l’objectif de Tiphaine...

Depuis Mai, Tiphaine, volontaire service civique en Islande avec notre partenaire SEEDS, travaille sur plusieurs chantiers avec des volontaires internationaux ; des chantiers dans la ferme de Kidda et Sigur, de rénovation de maisons utilisées pour la culture de pommes de terre, travaux de recyclage d’objets trouvés etc Voici l’adresse de son blog : http://sixmonthsiniceland.tumblr.com/

Avec ses photos elle nous en met plein la vue !

"Un accueil réussi" l’expérience d’Emilie en Allemagne

Après avoir été animatrice en Franche Comté, je voulais voir l’autre côté d’un chantier international. J’ai donc décidé de participer à un chantier en Allemagne, dans le petit village d’Ilsfeld, en tant que volontaire cette fois ! Nous avons été accueillis par les deux animatrices et par quelques membres de l’association porteuse du projet. Le lendemain matin, des villageois, le maire et les bénévoles nous avaient offert un super petit déjeuner et s’étaient tous présentés en Anglais, Français et Espagnol. Autant dire que l’accueil était réussi… Le travail en lui-même n’a pour ma part pas été très intéressant, mais il m’a permis de connaître un peu mieux les organisateurs et les autres volontaires. Poser des dalles avec un partenaire te force à dépasser toutes les barrières de la langue pour te faire comprendre…Et une fois que tu as réussi à dire « passe moi la pelle et approche la brouette, on va verser les graviers sur la droite » dans un Franco-Germano-Anglais approximatif, teinté de signes internationaux, alors tu peux vraiment aborder n’importe quel sujet ! La culture, la famille, le pays dont tu viens et ses particularités, etc.

Ce que je retiens ?

Des rencontres incroyables, des rires, des conflits toujours résolus, des incompréhensions souvent cocasses et une envie de voyager encore plus grande ! D’ailleurs, j’y retourne en octobre pour voir les villageois avec qui j’ai depuis gardé le contact.

N’hésitez pas, le chantier international est pour moi l’une des meilleures options pour découvrir une région !

Emilie FAUDOT, à Ilsfeld, Allemagne

SVE en Espagne - La Vida Loca de Laura !

L’année dernière Laura est partie effectuer un Service Volontaire Européen en Espagne.

Sa mission ? « (sur)Vivre dans un pays étranger, apprendre deux langues, faire des rencontres, des petites aventures rigolotes, découvrir des modes de vie et cultures différents, s’amuser, visiter, s’interroger etc etc ».

Pendant 6 mois, Laura a témoigné de son volontariat sur un blog plein d’anecdotes et de conseils !

À découvrir sur le lien : http://sixmoisdevolontariat.wordpre...

Florian en Espagne !

Article de FAGIC (Federacio d’Associacions Gitanes de Catalunya), notre partenaire espagnol. Il décrit le projet SVE auquel Florian à participé pendant 6 mois à Barcelone !

"Le Service Volontaire Européen est un programme qui permet à des jeunes européens de bénéficier d’une expérience d’apprentissage dans le domaine de l’éducation non formelle. Les volontaires exercent l’activité de volontariat dans un pays différent du pays de résidence. Cette activité, non rémunérée et à but non lucratif, est réalisée à temps complet pendant une durée déterminée au profit de la communauté.

En 2012, la Fédération d’Associations Gitanes de Catalogne (FAGiC) a accueilli pendant 9 mois Florian, un volontaire français, sur le thème « Promouvoir le dialogue interculturel entre la population gitane et non gitane par la participation des jeunes ». Le volontaire a amélioré et a donné une valeur ajoutée à l’ensemble des projets que développe la FAGiC, au profit de l’interculturalité et la connaissance de la communauté gitane. La dimension interculturelle dans laquelle a participé le volontaire a impliqué la participation dans différents événements et activités (jour international du peuple Rom, cours de romanó, etc.).

Entre autres projets, le volontaire a eu l’occasion de participer dans la préparation et le déroulement du festival de musique et culture gitane « Romanistan », qui a eu lieu le 30 juin dans le parc de la Citadelle de Barcelone. Il a aussi organisé pendant l’été des ateliers d’informatique pour des enfants et jeunes dans l’Association Culturelle Gitane de Viladecans (banlieue de Barcelone). Vu que le volontaire avait des connaissances dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, il a géré ce domaine, promouvant l’usage des TIC et améliorant le service. En plus, le volontaire a participé dans la restructuration du réseau informatique de l’organisation et était responsable de la maintenance du site web de la FAGiC.

En tant que premier volontaire européen accueilli par la FAGiC, le volontaire a rédigé un guide à l’intention des futurs volontaires.

En 2013, la FAGiC accueillera Dragana, une volontaire serbe."

Le Blog des stagiaires de Vir’Volt en Ecosse

Les stagiaires de Vir’Volt, la délégation Île-de-France de Solidarités Jeunesses, sont en chantier en ÉCOSSE pendant 3 semaines.

Au programme : peinture, nettoyage d’un étang, aménagement de 2 chemins, rencontres et fêtes locales !

Pour suivre leurs aventures, découvrez leur blog !

Voir en ligne : Blog des stagiaires de Vir’Volt en Ecosse

Type de chantier:
Région:
Pays:
Votre age :
De:
Á:

Comment s'inscrire...


↓ Recherche avancée ↓
 
 
avec le soutien de :
Membre de :